SKEMA ALUMNI CLUB TRANSITIONS

Le Manifeste

Ancien.ne.s et actuel.le.s étudiant.e.s de SKEMA Business School, nous lançons le Club SKEMA Alumni Transitions pour accompagner et soutenir notre école dans sa transition écologique, dans ses dimensions sociales et environnementales, s'assurer que tout étudiant.e arrive sur le marché du travail avec les clés de compréhension des enjeux de notre siècle et fédérer et mobiliser les ancien.e.s étudiant.e.s (alumni) autour de ces enjeux.

Prends connaissance du manifeste et rejoins le Club !

Le constat sur l’urgence climatique écologique renseigné par les récents rapports du GIEC est une nouvelle fois alarmant. L’activité humaine est reconnue comme responsable du réchauffement de l’atmosphère, des océans et des terres ayant pour conséquence un bouleversement massif de notre système climatique. En effet, les évènements climatiques extrêmes (chaleurs extrêmes, sécheresses, incendies, fortes précipitations, inondations et ouragans) sont de plus en plus fréquents et plus intenses sous l’effet de l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre. Nous en avons fait l’expérience en France en 2022 avec l’un des étés les plus chauds jamais observé, marqué par un nombre record de vagues de chaleur qui ont aggravé le déficit pluviométrique du territoire engendrant une sécheresse historique et des feux de forêts inédits. Ce qui s’est produit cet été pourrait correspondre à un été normal dans 30 ans.

Sans réduction majeure et immédiate de nos émissions de gaz à effet de serre, ces perturbations climatiques seront chaque fois plus violentes (le scénario “business as usual”). Dans cet objectif, l’Accord de Paris, signé en 2015 lors de la COP 21, vise à limiter l’élévation des températures à 1,5°C par rapport aux niveaux pré-industriels. Il en va de la préservation de nos écosystèmes et de la conservation d’une planète vivable pour l’ensemble du Vivant. Mais il ne s’agit pas seulement de questions de climat, car l’étendue de cette crise systémique est marquée par l’empreinte néfaste que nous avons sur notre environnement et ses êtres vivants, catalysée par le dépassement de six limites planétaires sur neuf (l’effondrement de la biodiversité, la raréfaction des ressources, l’augmentation de la pollution, le dérèglement des cycles bio-chimiques, etc).

Aujourd’hui, nul ne peut ignorer les impacts de nos modes de vie, de production et de consommation sur notre environnement. Nous devons radicalement repenser notre façon d’être au monde. En outre, nous ne croyons plus à cet ancien monde qui a érigé la croissance du PIB comme indicateur de référence pour évaluer les richesses d’un pays, sans se préoccuper des inégalités sociales, de la santé et autres indicateurs indispensables pour évaluer le bien-être des individus. Tant que cette même croissance désignera “la destruction d’un espace naturel gorgé de vie pour le remplacer par une plateforme commerciale, fut-elle neutre en carbone, nous n’aurons pas commencé à réfléchir sérieusement”, comme le formule si bien Aurélien Barrau (astrophysicien et philosophe).

Nous sommes convaincu.e.s que l’écologie, dans sa dimension sociale et environnementale, doit retrouver sa place légitime en étant au cœur des préoccupations de la sphère politique, des élus locaux, des entreprises, des écoles, des salariés, des étudiants : des citoyen.e.s en somme. Le modèle de société auquel nous adhérons et nous aspirons repose par exemple sur le principe de la sobriété et de la justice socio-climatique, où l’épanouissement des individus s’orchestre de manière plus responsable et respectueuse de notre environnement.

Les étudiant.e.s et alumni sont de plus en plus nombreux.ses à se mobiliser pour que les causes, les conséquences et les multiples solutions collectives à la crise environnementale soient enseignées de façon plus approfondie et appliquée dans l’enseignement supérieur. En effet, d’après l’enquête publiée le 28 mars 2022 par Harris Interactive à la demande du collectif Pour un réveil écologique “les jeunes de 18 à 30 ans déclarent majoritairement qu’il est important que leur (future) entreprise prenne en compte les enjeux sociaux (86%), éthiques (82%) mais également environnementaux (86%). Un regard partagé aussi bien par les jeunes actifs occupant un emploi que les lycéens et étudiants”.

Notre école s’est donnée l’objectif de « former des talents qui créent et agissent pour transformer les industries, les organisations et plus largement la société ». Il serait donc appréciable de donner davantage la possibilité aux étudiant.e.s d’intégrer à leurs enseignements des formations solides sur les problématiques environnementales et sociales. Il n’est pas concevable qu’un.e étudiant.e de SKEMA, quelle que soit son année d’intégration en L3, M1 ou M2, ne bénéficie pas d’une formation aux enjeux fondamentaux de la transition écologique et que la grande majorité des disciplines de son parcours soient décorrélées de ces enjeux.

En tant qu’alumni et étudiant.e.s de SKEMA, nous sommes persuadé.e.s que nous avons la capacité d’agir et de faire évoluer ensemble les modes de fonctionnement de l’école.

Notre collectif a pour objectifs de :

  • Accompagner et accélérer le changement interne et l’évolution de la stratégie de SKEMA en faveur de la transition environnementale et sociale, en collaboration avec les membres de son administration ainsi que ses enseignant.e.s.

  • Agir sur nos formations pour qu’elles soient remises en question sous le prisme des principes de soutenabilité et de sobriété, et ce, quel que soit le métier vers lequel nous nous orientons afin que chaque étudiant puisse développer un esprit critique fort qui lui permette d’identifier et comprendre les risques de l’inaction et de questionner notre système économique actuel à travers des éléments concrets.

  • Améliorer les pratiques des sept campus de SKEMA afin qu’ils deviennent les premières vitrines de notre conscience écologique, en réduisant au maximum l’impact environnemental de nos lieux d’étude et de nos mobilités, que ce soit des déplacements domicile-école ou des déplacements professionnels (stage, échange académique, etc).

  • Faire évoluer les récits et les imaginaires collectifs vers un monde que nous voulons co-construire et une vision en cohérence avec les principes précédemment mentionnés car les enjeux socio-environnementaux nécessitent un changement en profondeur du mode de fonctionnement de nos sociétés. Cela passera notamment par la mise en avant de certains profils alumni ou bien d’entreprises cohérentes avec les enjeux de transition écologique.

  • Constituer un réseau pertinent de partage des connaissances liées aux enjeux écologiques et de mise en œuvre d’actions concrètes pour les étudiant.e.s et alumni afin de les aider à s’engager au travers de leur métier ; renforcer l’influence des diplômés grâce à des rencontres et des interventions de diverses natures au sein de SKEMA afin d’amplifier le rayonnement de notre école sur les problématiques de transitions, de susciter de l'intérêt autour de celles-ci et de pousser le plus grand nombre à l’action.

En 2022, SKEMA compte 50 000 alumni et mobiliser cette communauté pour mener et accélérer les transitions organisationnelles, techniques et sociétales des acteurs économiques nous apparaît être une contribution indispensable.

Alors, qu’il vous arrive de vous sentir seul.e.s ou impuissant.e.s face à cette situation, que vous cherchiez à vous renseigner et/ou à prendre part à ce projet qui nous concerne toutes et tous, ou que vous soyez déjà actifs.ves et engagé.e.s dans ce défi, nous avons besoin de votre soutien car, comme l’affirme Valérie Masson Delmotte (Paléoclimatologue française et Co-Présidente du Groupe 1 du GIEC ), “chaque dixième de degré compte, chaque année compte, chaque choix compte”.

“En tant qu’étudiant.e ou alumni de SKEMA, je signe le manifeste pour enjoindre notre école à se saisir du sujet de la transition écologique. Nous souhaitons que nos recommandations soient lues et entendues, et qu’elles fournissent la base d’un dialogue constructif avec notre direction, pour engager notre établissement dans ce défi collectif que représente la transition écologique et sociale.”

Je signe le manifeste

Signataires du manifeste : 88

Actualisation au 23 janvier 2023

We use cookies to improve your experience and to help us understand how you use our site. Please refer to our cookie notice and privacy statement for more information regarding cookies and other third-party tracking that may be enabled.

Created with
Mailchimp Freddie Badge
Email icon
LinkedIn icon

© 2022 SKEMA Alumni Club Transitions